Javascript nécessaire. Votre browser ne supporte pas Javascript ou celui-ci est désactivé.

Choisissez votre région et personnalisez le site

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales concernant vos avantages, des activités et des nouvelles initiatives.

Fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire survient lorsque la contraction des oreillettes n’est plus synchronisée avec celle des ventricules. Le sang risque alors de former des caillots. Elle peut ainsi provoquer un accident vasculaire cérébral.


La fibrillation auriculaire est un trouble du rythme cardiaque. Elle provoque le dérèglement de la contraction des oreillettes.

Les oreillettes sont en quelque sorte les antichambres du cœur. Elles reçoivent le sang provenant des veines et, par leur contraction, l’envoient vers les ventricules. Les ventricules, plus gros et plus musclés, fonctionnent quant à eux comme des pompes, envoyant le sang vers les artères.

La contraction des oreillettes est normalement synchronisée avec celle des ventricules. En cas de fibrillation des oreillettes, les contractions se font de manière désordonnée. Cela diminue ainsi l’efficacité du remplissage des ventricules.

La fibrillation auriculaire en soi n’est pas forcément grave. Sur un cœur en bonne santé, elle a peu de conséquences.

Le principal danger est qu’en l’absence de contractions régulières des oreillettes, le sang risque d’y stagner et de former des caillots, qui peuvent ensuite être éjectés dans les artères (dont celles du cerveau) et provoquer un accident vasculaire cérébral.

Il ne faut pas confondre fibrillation auriculaire et fibrillation ventriculaire. Cette dernière est un trouble du rythme cardiaque grave et souvent mortel, mais heureusement plus rare.

Questions fréquemment posées